PARTICIPEZ A LA 1RE COURSE VERTICALE DE FRANCE

Sportifs de haut niveau ou amateurs, venez vivre à quatre (VertiQuatro), à deux (VertiDuo) ou seuls (VertiGo) une expérience hors du commun... et gratuite ! Gratuite, car vous ne débourserez pas un centime. Seule votre capacité à collecter des fonds auprès de votre entourage vous permettra d’obtenir votre dossard.

Votre défi ? Collecter 200 €* et parrainer 25 enfants pour leur permettre d’apprendre et grandir en faisant du sport. *Un minimum de collecte, fixé à 48€ par personne, est imposé pour chaque participant (96€ pour les équipes VertiDuo, 192€ pour les équipes VertiQUATRO).

800 dossards disponibles, inscrivez-vous !

Le vendredi 20 mai 2016, de 19h à 23h. Choisissez le format de course adapté à vos envies... et à vos capacités.

Relais à 4 pour relever un défi unique !

Réalisez l’ascension des 48 étages de la tour à 4, soit 12 étages chacun.

S’inscrire à VertiQuatro aux départs de :

Relais à 2 pour relever un défi unique !

Réalisez l’ascension des 48 étages de la tour à 2, soit 24 étages chacun.

S’inscrire à VertiDuo aux départs de :

La verticale des fous...

Entrez dans la légende en gravissant les 48 étages de la tour First, individuellement.

S’inscrire à VertiGo aux départs de:

outils de collecte & nos héros de 2014

Vos 200€ de collecte permettront à 1 classe de 25 enfants d’apprendre & grandir en faisant du sport.

Comment atteindre cet objectif ?

Emailing, sms, réseaux sociaux, personnalisation de sa page de collecte en ligne... Découvrez quelques bonnes pratiques à travers le guide de collecte Vertigo !

Mes outils de collecte :

Jeremy Maslowski a réalisé une collecte de 560 €.

Découvrir

Jeremy Maslowski a réalisé une collecte de 560€.

« J’ai organisé ma collecte autour d’un scénario, déguisé en gladiateur,  la Tour First était mon ennemie».

Pourquoi avoir participé à la course VertiGO ?
C’est l’unique course verticale organisée en France et c’était aussi un événement qui s’inscrivait dans mon projet, celui de participer à une course à Chamonix. La course VertiGO avait lieu un mois avant mon ascension à Chamonix donc c’était pour moi un premier test !

Pouvez-vous m’expliquer vos démarches de collecte ?
En fait,  j’ai organisé ma collecte autour d’un scénario, déguisé en gladiateur, la Tour était mon ennemie. Je suis parti de Bastille avec ma GoPro et mon vélo (qui était ma monture de guerre), j’ai traversé Paris jusqu’à La Tour First et j’ai mis en scène mon combat. J’ai donc organisé ma collecte autour de cet accoutrement, j’ai écrit ce petit scénario qui a beaucoup fait rire les personnes à qui j’ai envoyé mes demandes de collecte. J’ai tout simplement pris cela  à la rigolade.

« Il y a autour de la course VertiGO deux challenges, à la fois de gravir les 954 marches de la tour mais aussi de récolter des fonds ».

Comment avez-vous abordés les donateurs ?

J’ai principalement sollicité mon entourage familial et mon entourage professionnel. Je crois en la démarche de Sport Sans Frontières, c’est une association qui me parle, et je savais que je pouvais demander aux gens de faire des dons pour ce projet associatif qui me ressemble. De ce point de vue là, il était très facile de collecter des dons.
Il y a autour de la course VertiGO deux challenges, à la fois de gravir les 954 marches de la tour mais aussi de récolter des fonds. Je pense que l’intérêt c’est de ce dire « j’ai peiné pour obtenir 900 euros mais je les ai eu, maintenant à moi de réussir le deuxième challenge et de ne pas décevoir ceux qui m’ont soutenu».

Avez-vous été confronté à des échecs lors de votre démarche de collecte ?
Non, je n’ai pas connu de réticence, les personnes qui voulaient donner l’ont spontanément fait et à hauteur de ce qu’ils pouvaient donner.

Quels outils avez-vous utilisé pour collecter ?
J’ai la chance d’avoir un bon carnet d’adresses. Je travaille et je me déplace quotidiennement en vélo. Mes clients apprécient mon côté écolo et très sport,  ça leur plait donc je n’ai pas hésité à les solliciter.

Cela a-t-il été compliqué pour vous de collecter ?
Non, c’était très intéressant et très révélateur. J’ai sollicité environ 200 personnes par mail. Je savais que certaines personnes allaient donner et d’autres m’ignorer. Ainsi, j’ai été agréablement surpris pour certaines d’entre-elles.
Pour les personnes qui ne pouvaient pas donner, il est vrai que j’aurais aimé juste un message de soutien. Un ami l’a fait et a écrit sur ma page de collecte « désolé Jérémy, je donne une centaine d’euros par an à des associations et là je suis arrivé à mon quota. Je soutiens ce que tu fais c’est bien !», j’ai apprécié cette démarche de soutien. A travers cela, j’ai appris à redécouvrir certaines personnes.

« J’ai remercié tous mes donateurs »

Des conseils que vous pourriez donner à nos futurs collecteurs ?
Je ne saurais pas donner de conseil, selon moi c’est au cas par cas. Moi j’ai tourné ma collecte autour d’un scénario donc c’est peut être cela qui a séduit.
Cependant, je pense que c’est important d’envoyer un message en retour. J’ai remercié tous mes donateurs, en finissant mon petit scénario, ils ont apprécié ce retour. Je ne devais pas ignorer mes donateurs, je pense qu’il devait y avoir un début et une fin. Qu’ils puissent avoir un retour, c’est la moindre des choses !   
« C’est une expérience à vivre, à revivre, à faire et à refaire. C’était très positif, très original, j’ai beaucoup aimé »

Pouvez-vous nous donner un mot ou une petite phrase pour définir l’aventure VertiGO ?
A vivre, à revivre, à faire à refaire, c’était très positif, très original, j’ai beaucoup aimé.

Benjamin a réalisé une collecte de 670 €.

Découvrir

Quels souvenirs gardes-tu de ta première Vertigo ?
Je me souviens d’une sensation très particulière juste avant le départ qui est celle de l’inconnu. Un sentiment mélangé, entre appréhension et excitation car j’allais me lancer dans une épreuve que je ne connaissais finalement pas du tout. Un peu comme une attraction à forte sensation dont on ne connait pas vraiment le ressenti. Je me souviens de l’ambiance très particulière de la cage d’escalier, des étages qui défilent, vite, très vite malgré la fatigue. Et je me souviens de la libération en haut, de la fierté, de la récompense et de cette vue sublime sur Paris. Enfin, je me souviens de la formidable ambiance sur le village de la course

Le principe de collecte permet à l’ONG de développer ses programmes d’éducation par le sport. Peux-tu nous expliquer la démarche ?
J’ai été conquis par l’idée de courir de façon utile et de faire financer sa participation par la générosité de son entourage. Le fait de réaliser une vraie performance sportive en grimpant au sommet de la plus haute tour de France tout en remportant le défi de la plus grosse collecte, m’a semblé être un très beau symbole. Je suis les activités de l’ONG et je sais combien l’argent récolté n’est pas vain et sert de véritables projets porteurs d’espoir et de partage.

Qui sont tes donateurs & comment les as-tu sollicité ? Quels outils as-tu utilisé pour collecter ?
Mes donateurs sont essentiellement mes proches, mes amis ainsi que les proches de mes amis. J’ai créé une page spéciale sur Facebook sous forme d’event pour rallier le plus grand monde et leur permettre de suivre mon actualité. J’en ai parlé beaucoup autour de moi et  essayé de mobiliser le plus grand nombre. J’avais promis à tout le monde une petite récompense : inscrire le prénom de chaque donateur sur mon t-shirt de course.

Aurais-tu des conseils à donner à nos futurs collecteurs ?
En parler à tout le monde, susciter la curiosité, l’émotion, l’envie autour d’un projet unique en France et qui impressionne beaucoup par sa symbolique.

Retenteras-tu l’aventure en 2015 ?
Plus que jamais ! Cette course est assurément le plus bel évènement auquel j’ai participé, l’organisation est parfaite, le lieu est unique. Je serai donc de nouveau sur la ligne de départ pour faire mieux que l’année dernière : toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus d’argent collecté !

Stéphane a réalisé une collecte de 2160 €.

Découvrir

Stéphane, quels souvenirs gardes tu de ta première Vertigo ? Avec ton équipe de Rugby, vous vous êtes déplacés en force !
L’ambiance était vraiment festive ! J'ai eu la chance de monter la tour avec la panthère rose! Au niveau sportif mes presque 100 kilos ne sont pas un atout donc il m'a fallu plus de 10 minutes pour monter... 

Plus de 50 membres de l'équipe de Rugby ont participé à l'aventure, que ce soit en faisant la course ou en effectuant un don. Il va falloir faire au moins aussi bien cette année.

Le principe de collecte permet à l’ONG de développer ses programmes d’éducation par le sport. Peux-tu nous expliquer la démarche ?
Chaque coureur qui s'inscrit à la course Vertigo va collecter des dons auprès de ses proches en faveur des actions de PL4Y International. Pour cela, chaque coureur créer une page de collecte permettant à ses proches de faire un paiement sécuriser en ligne.

Les dons étant fiscalement déductibles, on peut vraiment aider efficacement l'association.

Qui sont tes donateurs & comment les as-tu sollicité ?
Famille, amis, équipe de rugby, collègues de bureau.... Première sollicitation par mail et Facebook, puis relances régulières !

Quels outils as-tu utilisé pour collecter ?
Les réseaux sociaux sont importants pour donner l'information, mais les gens font principalement des dons lorsqu’on leur parle de la course. C’est pour cela que toutes les occasions d'en parler sont bonnes: diner, week end, match, réunion de famille... 

Aurais-tu des conseils à donner à nos futurs collecteurs ?
3 conseils : en parler, en parler, en parler!

Retenterais-tu l’aventure en 2015 ?
Oui je dois améliorer mon temps de 2014...Ce qui ne devrait pas être dur! 


Questions & infos ici